AVA, ce n’est pas qu’un refuge ; c’est aussi une association qui a vocation à agir pour la Vie animale à l’échelle nationale, au-delà de notre structure implantée en Normandie.

Dimanche se tiendra le second tour des élections municipales. Avec lui, se jouera un enjeu crucial qui déterminera, partout en France, le sort de millions d’animaux à poils, à plumes ou à écailles, qu’ils soient dans nos salons, dans nos champs ou en pleine nature. C’est en effet maintenant que peut se jouer l’avenir de ces animaux de compagnie et de ces animaux de faune sauvage, puisque les décisions prises localement, par les maires de demain, peuvent considérablement influer sur leur vie et leur environnement.

A Paris, avant le premier tour, nous avons rejoint le Collectif d’associations de protection des animaux, créé à l’initiative des Amis des chat du 15ème, et regroupant une vingtaine d’associations de protection animale. Nous avons co-signé une charte d’engagements qui a été transmise aux candidats à la mairie de Paris, accompagnée d’un courrier, contenant des propositions à mettre en œuvre pour donner enfin leur place aux animaux dans la capitale.

Presque tous les principaux candidats parisiens ont répondu, en signant la charte ou en répondant favorablement par courrier à certaines propositions. Néanmoins, nous espérons que ces propositions, globalement bien accueillies par les candidats, ne soient pas qu’une arme électorale ; nous veillerons, aux côtés des autres associations du Collectif, à ce qu’elles soient réellement mises en œuvre. Plusieurs défis restent à relever : s’occuper des chats libres de Paris dans le respect de leur bien-être et de leur intégrité, se soucier de la condition des des rats, des oiseaux, des poissons…

AVA s’engage pour la défense de la faune des villes et des campagnes. Agir pour la Vie animale, c’est agir pour toutes les espèces. Chaque animal est une personne, et chaque individu a droit à la vie. A l’heure où la crise majeure causée par l’épidémie de Covid-19 nous oblige à repenser notre rapport au Vivant, rétablissons l’équilibre rompu entre les l’Homme et son écosystème. Il est temps que Paris montre l’exemple au monde entier et devienne, enfin, la capitale des droits des animaux.

> Faire un don