« Une force notre Lou Tse. Je pense que c’est elle qui nous a le plus appris à continuer à avoir de la joie dans les moments difficiles. Lorsqu’elle est arrivée chez nous elle marchait encore, se levait toute seule comme une grande, toujours avec joie et avec « des étoiles dans les yeux ». Malheureusement petit à petit son corps ne lui permettait plus de bouger. Sa maladie l’a littéralement plaquée au sol. Mais pas sa joie. Sa joie ne s’est jamais couchée. Lors des repas elle aboyait à tue-tête d’anticipation, elle prenait plaisir à manger. Lorsque nous arrivions le matin, elle nous accueillait de sa voix et de son regard, toujours contente de nous voir. Elle réclamait des câlins avec sa patte ou sa tête. Elle adorait nos câlins. Elle profitait de sorties dehors, soit sur son chariot, soit nous l’emmenions dans un autre parc herbé où les odeurs étaient différentes, toujours accompagnée de ses copains de la maison, et là elle revivait, reniflait, mangeait de l’herbe, se frottait dans la terre, était heureuse.

Et puis petit-à-petit, la douleur a pris le dessus, les étoiles dans ses yeux se sont éteintes et la joie a été plaquée au sol. Cette dernière journée avec elle, nous l’avons passée à nous relayer à ses côtés afin qu’elle ait toujours une main aimante posée sur elle et qu’elle parte chargée d’amour. Elle s’est envolée rejoindre ses étoiles, entourée de nous tous et de tous ceux qui pensaient à elle. Lou Tse. Regardez le ciel : c’est une des étoiles qui brille le plus fort. »

Fanette, co-responsable du Refuge AVA.

Lou Tse

 

L’histoire d’une chienne courageuse et résiliente

Lou Tse a passé un an parmi nous, à la ferme-refuge AVA. Sa dernière année. Lou Tse était une femelle Bouvier bernois de 8 ans que nous avions recueillie en mars 2021. Elle vient de nous quitter. Le chagrin qui submerge tous les membres de notre équipe est si grand qu’à travers cette lettre, nous voulions lui rendre un dernier hommage.

Lou Tse nous avait été confiée à AVA sur les conseils de sa vétérinaire, le Dr Claire Frey, qui est aussi vétérinaire sanitaire bénévole à AVA. Cette belle chienne de 40 kilos souffrait d’arthrose très sévère aux deux coudes, aux deux hanches et aux deux genoux. Elle était aussi atteinte d’une dysplasie des coudes de dernier stade. De ce faut, Lou Tse n’a jamais pu marcher normalement.

Au cours de sa vie, Lou Tse avait eu de multiples examens médicaux. Ses propriétaires, très investis pour elle, avaient tout tenté : suivie à l’hôpital vétérinaire de Maisons-Alfort pendant deux ans pour ses coudes, elle avait ensuite été prise en charge par le Dr Frey à Rueil-Malmaison. Cette dernière nous avait « n’avoir jamais vu de chien aussi dysplasique » de toute sa carrière. Lou Tse avait pourtant a vu quatre vétérinaires orthopédistes, avait été opérée plusieurs fois, avait eu des arthroscopies, injections de cellules-souches pour tenter de limiter l’arthrose, et avait bénéficié de tous les traitements possibles contre la douleur.

« C’est un cumul de facteurs qui est responsable de son état, nous expliquait le Dr Frey. Un gros manque de chance génétique sur la conformation de ses articulations, associé à de mauvaises réponses à toutes les thérapies chirurgicales et médicales entreprises. »

Ayant atteint l’âge de 7 ans, vivant en appartement, au 3ème étage sans ascenseur, elle ne pouvait plus rester dans son ancien foyer. Il était en effet impossible pour ses propriétaires de continuer à la porter plusieurs fois par jour pour l’emmener faire ses besoins. Voyant sa mobilité se dégrader de plus en plus, ces derniers se sont posé la question de l’euthanasie. Mais, malgré son handicap, Lou Tse était encore pleine de vie. Sa vétérinaire, le Dr Frey, a donc préconisé un placement responsable à la ferme-refuge AVA pour qu’elle puisse y finir sa vie, dans un environnement bienveillant et adapté à sa condition. C’est ainsi que nous l’avions rencontrée.

Une leçon de vie

Au fil du temps, l’état de Lou Tse s’est malheureusement dégradé. Encore capable de marcher son arrivée, elle s’est finalement retrouvée en incapacité totale de bouger ses membres. Grâce à la générosité de nos donateurs, nous avions pu lui offrir un chariot à roulettes qui, à défaut de lui permettre de marcher, avait au moins l’avantage de lui redonner la sensation de se tenir debout. Notre bénévole, Martine, nous avait également offert un brancard pour aider nos soigneurs à la porter plusieurs fois par jour.

Lou Tse vivait dans notre « Maison des p’tits vieux ». Extrêmement câline, elle réclamait sans cesse des caresses en aboyant furieusement jusqu’à ce qu’on accède à ses désirs. Elle était gourmande, aimait les siestes au soleil, et la joie de vivre se ressentait dans son regard malgré son handicap. C’était une vraie leçon de vie.

Elle avait d’ailleurs particulièrement marqué et ému de jeunes adolescents souffrant de troubles du spectre autistique et de trisomie, qui se rendent au refuge deux fois par mois dans le cadre de notre partenariat de médiation animale avec un l’Institut Médico-Educatif. Elle leur avait prouvé qu’on peut vivre, être accepté et être aimé même avec une différence.

Délivrée, elle brille désormais

Lou Tse était l’objet de toutes nos attentions. La pluridisciplinarité et les pluri-expertises des membres de notre équipe étaient à son service : vétérinaires, praticiens en zoopharmacognosie, en shiatsu et en massage canin mettaient tous leurs compétences et connaissances à son profit afin de compléter les soins quotidiens de nos soigneurs. Ces derniers ne cessent jamais de se référer à « l’échelle de qualité de vie » du Dr Alice Villalobos pour évaluer sa condition jour après jour, lui permettre de vivre dignement aussi longtemps que possible, mais sans jamais s’acharner.

Lorsque l’état de Lou Tse s’est aggravé, en février dernier, malgré l’adaptation constante de ses traitements, il a fallu nous résoudre à l’inévitable. Nous ne pouvions pas la laisser souffrir alors qu’aucune chance de guérison ni même d’amélioration de son état n’existait. Nous avions déjà tout tenté. Alors, après avoir demandé l’avis de tous nos vétérinaires bénévoles, nos soigneurs se sont réunis autour de Lou Tse pour sa dernière journée. Elle n’est pas restée seule un instant. Jusqu’à son dernier souffle, une main bienveillante était posée sur elle. Ce jour-là, il faisait beau, et Lou Tse s’est endormie paisiblement, bercée par l’amour de ses soigneurs. Libérée de son corps douloureux, elle a rejoint les étoiles, et désormais, chaque soir, en regardant le ciel, on le sait : elle est là et aboie encore pour nous dire de la caresser avec les yeux.

Lou Tse