6 chiots orphelins sauvés de l’euthanasie grâce à AVA

C’est l’histoire d’une renaissance. A peine nés, Bouli, Savane, Saba, Sherlock, Sting et Sky, ont déjà connu l’horreur. Du haut de leurs 2 mois, ces pauvres petits chiots sont des rescapés. 

chiots sauvés

Le drame commence au tout début du mois de décembre dernier, lorsqu’une jeune femme de 18 ans, se rendant chez ses cousins à Montgeron, se fait soudainement attaquer par les chiens de ces derniers. Grièvement blessée, elle est emmenée à l’hôpital entre la vie et la mort.

La police se rend alors sur place et tire dans les pattes des trois chiens présents (sans les tuer) : un mâle et une femelle adultes, et une autre femelle de 10 mois, tous de type Pitbull. La police trouve également sur place six chiots d’un mois, qu’elle s’empresse de saisir aussi. Ce sont en fait les chiots des deux adultes, et la chienne de 10 mois est leur sœur issue d’une première portée. Les bébés viennent donc d’entendre les coups de feu et les hurlements de leurs parents et de leur sœur. Tous sont saisis et emmenés à la fourrière.

Nous avons d’abord tenté de sauver les chiens adultes…

Quelques jours plus tard, nous sommes contactés par Stéphanie Slusarek, Présidente du refuge de Montgeron qui tente tant bien que mal de sauver ces chiens. Elle sollicite notre aide ; nous proposons alors l’intervention de notre Président, le Dr vétérinaire Thierry Bedossa, pour qu’il réalise une évaluation comportementale afin de juger de la dangerosité potentielle des trois chiens incriminés. Le Dr Bedossa réalise ce type d’examen depuis 2008, année de promulgation de la loi « renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux ». Il a notamment effectué l’an dernier l’évaluation comportementale des chiens de Bort-les-Orgues (Corrèze) qui étaient accusés d’avoir attaqué une dame âgée. Malheureusement, malgré son évaluation favorable (et celle de l’éducatrice canin Éléonore Buffet et celle d’un confrère vétérinaire, Dr David Quint, car la collégialité diminue le risque d’erreurs), la mairie et la préfecture avaient décidé d’euthanasier les chiens. La situation étant hélas semblable à Montgeron, nous étions pessimistes quant au sort de ces chiens…

Nous aurions tellement aimé nous tromper ! Malheureusement, une fois de plus, la mairie de Montgeron a tranché en faveur de l’euthanasie trois chiens adultes, sans avoir répondu à notre proposition d’évaluation comportementale, et alors même que la première évaluation, réalisée par un autre vétérinaire, n’avait pas conclu à une dangerosité excessive des chiens (évalués 2/4 et 3/4 sur l’échelle de dangerosité) dans le contexte où ils avaient été observés. Il n’y a pas non plus eu d’enquête, alors que, selon nos informations, la victime souffrait d’épilepsie : c’est une crise d’épilepsie de la jeune femme qui aurait déclenché l’agression du chien mâle adulte, comme cela peut arriver avec n’importe quelle race de chien (par peur à la vue d’une personne ou d’un autre chien en crise, certains chiens réagissent par l’agression – un chihuahua aurait pu en faire autant) !

Si ces chiens n’avaient pas été de catégorie 1 et s’ils avaient été en règle, ils auraient pu être sauvés et hébergés dans une structure adaptée. Mais le « délit de sale gueule » et l’irresponsabilité de leurs propriétaires ont triomphé, comme c’est trop souvent le cas. Mi-décembre, les trois chiens ont été mis à mort, après deux semaines passées à la fourrière : deux semaines de souffrance puisque leurs plaies (liées aux balles ayant pénétré leurs pattes) n’avaient pas été correctement soignées. « Même le pire des criminels, lorsqu’il est blessé, a le droit d’être soigné à l’hôpital », s’indigne Stéphanie Slusarek, Président du refuge de Montgeron. Et même le pire des criminels a droit à un procès, une enquête… ce qui n’a pas été le cas de ces chiens.

Le sauvetage des 6 chiots orphelins
JE FAIS UN DON

Un nouveau départ pour les chiots

Indignés et meurtris par tant d’injustice, il nous a pourtant fallu penser au sort des chiots. Ils étaient séparés de leur mère depuis le drame, et étaient en train de passer leurs premières semaines de vie – pourtant fondamentales dans leur développement – dans l’environnement sordide de la fourrière, sans avoir été sevrés. Toujours avec l’aide de Mme Slusarek (que nous remercions chaleureusement), nous avons pris contact avec la mairie de Montgeron et avons demandé à les recueillir afin qu’ils ne soient pas, eux aussi, abattus ou mis entre de mauvaises mains. Nous avons finalement obtenu gain de cause : le 13 janvier, nous sommes allés chercher les 6 chiots à la fourrière, dont la responsable n’a d’ailleurs pas caché son soulagement de s’en « débarrasser ».

Nous avons immédiatement emmené nos petits orphelins à la clinique vétérinaire pour qu’ils soient vus par le Dr Bedossa et le Dr Germain. Ils ont eu droit à une petite douche, à leur vermifuge et à leur rappel de vaccins. Par miracle, ils s’avèrent tous en bonne santé et équilibrés : ils sont très joueurs, dynamiques et adorablement sociables !

Ils se développeront en famille d’accueil, chez les membres de l’équipe AVA

Après cette escale chez le vétérinaire, la petite tribu a pris la route en direction de la ferme-refuge AVA où ils ont passé un court séjour. Nos soigneurs, sensibles à leur terrible histoire et séduits par leurs petites bouilles, ont en effet immédiatement proposé d’en héberger un chacun, en famille d’accueil, jusqu’à leur diagnose (à 8 mois). Sky, Saba, Sting, Savane et Sherlock ont ainsi rejoint leur foyer d’accueil, chez nos soigneurs et notre agent technique. Ils partagent désormais leur quotidien en famille, avec d’autres animaux (chiens, chats, chèvres, moutons, cochons…) et des enfants. C’est le meilleur environnement de développement pour eux : ils pourront ainsi être socialisés et familiarisés au maximum, apprendre les « règles » d’une vie harmonieuse dans une maison en compagnie d’humains bienveillants, et avoir toutes les chances de devenir des chiens « bien dans leurs pattes » et non dangereux, malgré leur début de vie chaotique et les traumatismes qu’ils ont vécus.

Quant au sixième chien, Bouli, il est le « privilégié » de la fratrie : le Dr Bedossa n’a pas résisté à l’envie de le garder chez lui, en famille d’accueil, en compagnie de ses 7 autres chiens…. Vous pouvez d’ailleurs suivre son quotidien en vous abonnant au compte Instagram @bedossathierry ! Les vidéos sur la nouvelle vie des cinq autres chiots se trouve sur le compte Instagram @agirpourlavieanimale

Lorsqu’ils auront environ 8 mois, le Dr Bedossa réalisera pour chacun des chiots une diagnose morphologique : cet examen non invasif et totalement indolore consiste à confirmer ou infirmer l’appartenance d’un individu à une des deux catégories de « chiens dangereux ». C’est un acte préalable obligatoire à une « décatégorisation » de chiens présentant un profil a priori compatible avec celui d’un animal de première ou deuxième catégorie.  Si leurs critères morphologiques, mesurés lors de cette diagnose, correspondent à ceux des chiens de catégorie 1, alors nous garderons ces chiens définitivement dans le souci permanent de leur offrir la meilleure vie possible, comme nous nous y sommes engagés auprès de la mairie de Montgeron. Si, toutefois, ces chiens ne relèvent pas de la catégorie 1, et que leur comportement le permet, alors seulement nous les proposerons à l’adoption afin qu’ils trouvent un foyer pour la vie.

Faites un don pour contribuer à la bonne vie des chiots !

En attendant, nous avons urgemment besoin de votre aide ! Vous pouvez, vous aussi, agir concrètement dans le quotidien de ces chiots. En faisant un don, vous contribuez à leurs soins, leur alimentation et leur bien-être. Vous pouvez faire un don ponctuel, ou bien un don mensuel si vous souhaitez vous engager à nos côtés sur le long terme. Par avance, merci pour eux.

Ensemble, grâce à votre générosité, formons la grande Famille que ces chiots n’ont pas eu la chance d’avoir.

Les cœurs de Bouli, Savane, Saba, Sherlock, Sting et de Sky battent depuis deux mois, mais ce n’est qu’aujourd’hui que leur vie commence. Et c’est avec vous.

JE FAIS UN DON