Nous croulons sous les demandes de placement…

Une vingtaine : c’est environ le nombre de mails que l’on reçoit, chaque jour, pour des demandes de placement d’animaux au sein de notre ferme-refuge, depuis le début de l’année 2022. C’est le double du nombre de demandes que nous recevions en moyenne jusque-là quotidiennement.

Bien que les places et nos moyens ne soient pas illimités au sein de notre ferme-refuge, nous nous efforçons d’apporter une réponse adaptée à chaque demande. Nous répondons aux appels des propriétaires en détresse qui ont déjà contacté de nombreuses autres structures, démunis face aux réponses négatives. Presque toujours, nous sommes leur dernier recours, quand même les plus importantes associations de « protection animale » aux moyens pourtant bien plus importants que les nôtres, leur ont fermé les portes. 

Nous évaluons chaque demande au cas par cas, de façon concertée avec les responsables des soigneurs et notre Président, le Dr vétérinaire Thierry Bedossa. Lorsque nous jugeons que notre modèle d’accueil et de prise en charge correspond aux besoins de l’animal, alors nous répondons favorablement. Conscients que se séparer d’un animal n’est jamais une partie de plaisir, notre approche est toujours bienveillante, jamais dans le jugement des humains – souvent en détresse – qui nous sollicitent. Raison pour laquelle nous ne parlons d’ailleurs pas « d’abandons », mais bien de placements responsables.

Notre équipe n’est composée que d’une quinzaine de salariés et prestataires. Chaque jour, sur le terrain, il y a généralement entre 5 et 6 soigneurs, pour plus de 500 animaux répartis au sein d’un domaine de 75 hectares. Nous accueillons toujours plus d’animaux et les hébergeons durablement (pour plusieurs mois, années, voire jusqu’à la fin de leur vie), ce qui demande toujours plus de travail. Mais, quoi qu’il en coûte, nous ne perdons pas de vue notre mission première qui est de sauver les animaux d’une euthanasie injustifiée et offrir un lieu de vie adapté à chaque individu. Vous comprenez donc l’ampleur de la tâche. Cette mission ne pourrait être menée à bien sans la générosité de nos donateurs. 

J’AIDE AVA A SAUVER PLUS D’ANIMAUX

Aperçu de nos nouvelles arrivées 

Ces dernières semaines, nous avons ainsi accueilli de nombreux petits nouveaux à la ferme-refuge. Et si on faisait les présentations ? Allez, c’est parti, on vous présente nos derniers sauvetages :

Mirka 

Cette petite chienne est arrivée le lundi 24 janvier au sein de notre ferme-refuge. Âgée de cinq ans et demi, c’est une petite femelle pointer. Maltraitée dans son passé, Mirka est une chienne très gentille mais assez craintive, qui a besoin d’être en confiance. Elle doit s’adapter à son nouvel environnement, petit à petit. Dès le premier jour, bien que stressée et désorientée, Mirka a partagé des moments de jeu avec ses nouvelles soigneuses. Notre objectif est de lui trouver une famille qui pourra répondre à ses besoins et offrir à Mirka un cadre de vie qui lui convient.

Cheyenne

Cheyenne est une chienne de taille moyenne très touchante, câline et très sociable. Notre petite protégée Cheyenne a été trouvée agonisante, par un de nos vétérinaires il y a quelques années, percutée par un véhicule sur la route. Elle présentait une paralysie des postérieurs. Une hospitalisation de plusieurs semaines a suivi une lourde chirurgie, avant que Cheyenne rejoigne d’autres protégés du refuge AVA. Durant sa convalescence, nous avions fondé beaucoup d’espoirs quant à sa capacité d’évolution et de récupération de sa mobilité.

Exercices de physiothérapie 4 fois par jour, rééducation, sorties avec harnais de maintien…  semaine après semaine Cheyenne faisait de grands progrès qui étaient autant de promesses et un vrai pari sur l’avenir.

Et c’est ainsi qu’au mois d’octobre 2016 dernier, à force de volonté et avec les encouragements de tous ses soigneurs, Cheyenne progressait  « à petits pas »  sur le long chemin du réapprentissage de la locomotion, faisant quelques pas hésitants pour commencer. Jusqu’au jour où la petite chienne a finalement réussi à se lever pour aller manger…

Peu de temps plus tard, Cheyenne avait trouvé une famille d’accueil : elle vivait avec Noisette, une autre des chiennes du refuge. Malheureusement, les deux petites chiennes sont revenues à la ferme-refuge il y a quelques semaines en raison de problèmes de santé de leur famille d’accueil.

À ce jour, elle est toujours handicapée du train arrière mais est tout de même autonome et se déplace seule : sa démarche particulière la rend d’autant plus attendrissante.

Noisette

La petite Noisette est donc elle aussi revenue, avec sa copine Cheyenne, au sein de la ferme-refuge, endroit qu’elle connaît bien puisqu’elle y était avant d’être en famille d’accueil. Elle est joueuse, elle adore courir et a besoin de longues balades. Elle s’entend très bien avec les autres chiens mais les chats ne sont pas ses amis : c’est pour cela que nous l’avons placée en parc extérieur avec un copain canin, Guizmo. Elle est craintive au premier abord mais une fois sa confiance accordée, Noisette devient très câline et même pot de colle. Nous recherchons pour Noisette une famille patiente, vivant en maison avec jardin, dans un milieu rural car Noisette est sensible à la proximité des voitures et des bruits urbains.

Daphnée

Cette mamie Cocker est âgée de 14 ans. Alors qu’elle vivait en appartement, sa maîtresse a préféré nous la confier car Daphnée est incontinente, ne voit plus et n’entend plus grand-chose, mais surtout, elle est devenue « sénile » : elle se réveille en pleine nuit et marche, aboie… Ses besoins ne sont plus compatibles avec sa vie en appartement à Paris. Nous lui offrons donc désormais une retraite paisible dans un environnement adapté, notre « Maison des p’tits vieux », l’espace de gériatrie de notre ferme-refuge. Daphnée s’y est rapidement adaptée et est chouchoutée par les membres de notre équipe !

Doug

Doug est un jeune Golden Retriever âgé d’un an. Il a récemment consulté notre Président, le Dr vétérinaire Thierry Bedossa ainsi que Sarah Jeannin (psychologue et éthologue) en médecine du comportement à la Clinique vétérinaire du Pont de Neuilly. En effet, dans son foyer, Doug a mordu a plusieurs reprises et se montre très menaçant, ce qui terrifiait les membres de son foyer : parfois, le simple fait d’entendre son nom le fait grogner. Grâce aux conseils prodigués par le Dr Bedossa et Sarah Jeannin en consultation, ainsi que ceux de l’éducateur canin qui leur a été recommandé, Doug a pu progresser. Mais hélas, pas suffisamment. Sa famille a donc fait le choix raisonnable de nous le confier.

Le rôle de nos soigneurs est donc avant tout de créer du lien avec lui, de lui faire comprendre qu’à AVA, Doug n’aura jamais d’ennemis. Notre approche avec lui est donc évidemment bienveillante : nous l’encourageons à adopter les « bons » comportements grâce aux techniques de renforcement positif, comme le clicker training.

Tess

Tess est une adorable springer âgée de 16 ans. Elle vient d’arriver à la ferme-refuge et nous avons pu l’intégrer au sein de la Maison des P’tits Vieux, parmi d’autres copains : Jules, Blanchette, Loutre, Eddy, Daphnée… Tess s’entend aussi bien avec les chats qu’avec les chiens. Tess va pouvoir avoir une retraite paisible au sein d’AVA !

Balthazar

Balthazar est arrivé à la ferme-refuge il y a quelques semaines en raison de comportements agressifs dans son ancien foyer. Cet imposant félin (9 kilos !) de 11 ans a d’abord séjourné dans l’un de nos « chalets d’adaptation » pendant plusieurs jours, comme chacun de nos nouveaux arrivants félins. Puis, nous lui avons ouvert de façon à ce qu’il découvre les grands espaces de la chatterie. Il reste plutôt casanier et a tendance à rester couché, au chaud dans les chalets. Peut-être le temps qu’il fasse connaissance avec ses copains félins ?

Nanou

Nanou est une petite ponette de 20 ans que nous venons de recueillir. Suite à l’hospitalisation de son propriétaire, Nanou était sous la responsabilité d’une personne qui, malheureusement, n’a pas été en mesure de subvenir à ses besoins. Nanou est arrivée chez nous très maigre et en mauvais état : ses dents et ses pieds étaient très abîmés, à tel point d’ailleurs que Nanou a du mal à marcher. Nous allons veiller sur elle, la soigner, et lui donner beaucoup d’amour ! Nanou a eu un petit coup de mou qui a nécessité l’intervention d’un vétérinaire en urgence, un soir de janvier. Elle est donc restée sous perfusion, ce qui a fonctionné puisque Nanou remange normalement et a repris des forces. Être soigneur à AVA, c’est aussi rester jusqu’à tard le soir afin de s’assurer que nos animaux se portent bien.

Une individualisation de notre prise en charge

Pourquoi sont-ils arrivés au sein de notre ferme-refuge ? AVA, c’est une ferme-refuge de 75 hectares, qui offre un environnement adapté aux différentes espèces mais aussi aux individus de chaque espèce. 

Il y a également une véritable personnalisation des soins : chaque animal a sa propre alimentation (croquettes de régime pour les individus en surpoids, pâtée adaptée pour les seniors, alimentation équilibrée pour les animaux cardiaques…) et ses propres traitements (huile de CBD, crème, médicaments, compléments alimentaires…). Un suivi est réalisé par nos vétérinaires afin de surveiller nos animaux et ce, quotidiennement. Prises de sang, examens cliniques, radiographies, échographies, chirurgies… Nous faisons le nécessaire pour garantir une retraite paisible à nos animaux.

À AVA, bien que nous accueillions des collectivités d’animaux, nous considérons chaque animal comme une personne. Et chaque personne mérite que l’on s’adapte à son train de vie, ses envies et ses besoins ! 

Afin de pouvoir subvenir aux besoins des petits nouveaux au sein de la ferme-refuge, vous pouvez nous aider en faisant un don ponctuel à hauteur de vos moyens. Vous contribuerez ainsi à leur soins, leur alimentation et leur bien-être.

JE FAIS UN DON