PÉTITION

Chevaux torturés : pour la création d'un Haut-Commissariat à la condition animale

personnes ont déjà signé cette pétition.



Pétition destinée à : M. Emmanuel Macron, Président de la République française, Mme Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique ; M. Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, M. Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, Mme Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Monsieur le Président de la République,

Ces derniers mois, de nombreux faits relatifs à des actes de cruauté commis envers des animaux ont été évoqués par les médias. Une affaire qui défraie actuellement la chronique m’inquiète particulièrement : celle qui concerne les chevaux et autres herbivores mutilés, torturés et/ou tués partout en France.

En juin dernier, mon confrère, M. le député des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval, vous a remis son rapport de mission gouvernementale sur le bien-être des animaux de compagnie et des chevaux en fin de vie. Vous n’avez réagi à aucune de ces propositions.

Parmi celles-ci : la création d’un Secrétariat d’Etat à la condition animale. Aujourd’hui, je m’adresse à vous pour vous convaincre de la création, non pas d’un Secrétariat d’Etat, mais d’un Haut-Commissariat, qui vous serait directement rattaché. En effet, un Secrétariat d’État dépendrait d’un ministère… et comment imaginer que la cause animale soit liée au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, alors que c’est sans nul doute celui qui agit le plus au détriment de la protection animale…

A contrario, un Haut-Commissariat aurait l’avantage de faire de vous le seul décisionnaire, en toute impartialité. L'affaire des des chevaux mutilés nous prouve qu’elle concerne plusieurs ministères ; il faut donc avoir une vision transversale que seul vous pouvez avoir. Vous en avez fait preuve, récemment, en suspendant la chasse à la glu. C’est une véritable « grâce présidentielle » que vous avez alors accordée aux grives et aux merles.

Monsieur le Président, l’État français ne peut plus rester insensible face aux atrocités dont les animaux sont victimes, et ne peut plus être le pantin des lobbies organisés. Les amis des animaux sont aussi des électeurs. La France ne doit pas être à la traîne alors que d'autres pays européens innovent en matière de protection animale, comme l'Allemagne qui réfléchit à une proposition de loi très bien construite en faveur du bien-être des chiens, par exemple.

A l’heure où la crise du Covid-19 est dans tous les esprits, il est plus que temps de repenser notre relation à l’animal et à notre environnement. Nous faisons partie du même écosystème, et c’est en protégeant les animaux que nous préserverons notre humanité : c’est l’intime conviction de l’association AVA (Agir pour la Vie Animale), qui, depuis 30 ans, œuvre pour le droit à la vie de tous les animaux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la République, à l’assurance de ma très haute considération.

Thierry Bedossa
Docteur vétérinaire
Président d’AVA

JE SIGNE LA PÉTITION :

  • Je souhaite recevoir des informations et sollicitations de la part de AVA
* Champs obligatoires
Je signe !