L’intelligence du chien, sous-estimée ? 

Dire que les chiens sont des êtres intelligents n’étonne personne… Le chien est un animal de compagnie loyal, fidèle et qui sait s’adapter à plusieurs situations différentes. Mais est-ce que certaines races sont plus intelligentes que d’autres ? Est-ce que l’intelligence est influencée par leur environnement, leur cadre de vie, leur façon d’être éduqué ? Une étude s’est penchée sur les capacités du cerveau du chien. Chez les humains, certains individus ont des talents exceptionnels dans des domaines tels que la musique, les mathématiques, les langues ou le sport. Les chiens, eux aussi, présentent une variabilité individuelle en matière de cognition, certains étant capables de prouesses époustouflantes.

Le border collie serait le chien le plus intelligent au monde. C’est un chien de travail, de compagnie mais aussi de berger : il ferait partie des chiens les plus doués au monde pour diriger des troupeaux de moutons. Il aurait même le pouvoir de superviser le troupeau rien qu’avec un simple regard !

Certains chiens sont très doués lorsqu’il s’agit d’apprendre des noms de jouets : lors d’une étude portant sur 40 chiens, sept d’entre eux ont réussi à apprendre différents noms de jouets au cours d’une période d’entraînement intense de trois mois. L’étude publiée dans Scientific Reports a utilisé l’apprentissage de mots comme mesure de l’intelligence des chiens. En général, les chiens doivent apprendre le nom d’au moins deux jouets différents pour prouver qu’ils peuvent distinguer les objets. Le but de l’étude : déterminer combien de chiens pourraient relever ce défi du type “intellectuel” ! Les chiens qui ont réussi – tous de la race des border collies – ont rapidement appris jusqu’à 39 noms de jouets différents, tandis que les autres chiens n’en ont appris aucun. Pas mal, donc, mais loin des résultats exceptionnels de Chaser, le célèbre chien connu comme “le plus intelligent du monde” puisqu’il est capable de reconnaître plus de 1000 mots ! Et devinez quoi… ? C’est lui aussi un border collie.

Les résultats de cette étude suggèrent que la capacité d’apprendre des noms d’objets chez les chiens est une compétence spéciale qui n’apparaît que chez certains individus, que les chercheurs ont appelé “des apprenants de mots doués” (gifted word-learners). Nous pourrions croire que tout repose sur l’apprentissage : en réalité, une expérience préalable et un entraînement formel ne sont pas requises pour faire apparaître cette aptitude chez les chiens. Alors que six des sept chiens qui ont appris les noms d’objets avaient déjà des connaissances en vocabulaire, les propriétaires ont déclaré qu’ils n’avaient rien fait pour entraîner les chiens à apprendre les noms des jouets. On parle ici plutôt de capacité ou de talent. L’étude montre que les facteurs purement environnementaux, sociaux et d’autres facteurs individuels non spécifiques (par exemple, la motivation pour les jouets) n’expliquent pas les performances exceptionnelles des sept chiens.

Les chiens « semblent avoir appris les noms d’objets spontanément au cours des interactions ludiques typiques qui se produisent entre la plupart des propriétaires et leurs chiens ». Plusieurs de ces chiens proviennent parfois de foyers comptant plusieurs chiens et étaient les seuls de la famille à faire preuve de cette capacité d’apprentissage des mots.

Certaines races de chiens sont-elles plus intelligentes que d’autres ?

L’un des résultats marquants de l’étude est que les sept chiens qui ont appris des noms d’objets étaient des border collies, une race bien connue pour son haut niveau d’intelligence. Cela dit, 18 autres border collies participant à l’étude n’ont pas appris de noms d’objets, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’une influence génétique chez ceux qui apprennent des mots.

Le professeur de psychologie et chercheur en neuropsychologie Stanley Coren, Ph.D., auteur du livre « The Intelligence of Dogs », reconnaît que les border collies sont la race la plus intelligente, suivie des caniches, des bergers allemands, des golden retrievers, des pinschers dobermans et des chiens de berger des Shetland. Les chiens sur le podium de la « race la plus intelligente » sont capables d’apprendre de nouveaux ordres en moins de cinq répétitions et d’obéir au premier ordre dans 95 % des cas ou plus.

Bien que l’on puisse penser que l’idéal serait d’avoir un chien extrêmement intelligent, les chiens intelligents ne font pas toujours les meilleurs animaux de compagnie. Et ce, parce qu’ils ont besoin d’une stimulation physique et mentale intenses pour être heureux. Tout chien qui s’ennuie peut développer des comportements dits “gênants”, or un chien très intelligent peut s’ennuyer plus rapidement qu’un autre : les besoins ne sont donc pas les mêmes ! C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les chiens appartenant à des races de chiens de berger font partie des plus abandonnés : souvent incompris et/ou négligés par la méconnaissance de leurs propriétaires, ces chiens très intelligents ne bénéficient pas de la qualité de vie qui leur permettrait de se dépenser physiquement et intellectuellement comme ils en auraient besoin. Cela a pour conséquence le développement de comportements dits “gênants” (agressivité, malpropreté, destructions, aboiements intempestifs, fugues…) à l’origine, hélas, de leur abandon, et dans les cas les plus extrêmes, de leur euthanasie.

Attention, les propriétaires d’animaux de compagnie ne doivent pas mesurer la valeur de leur chien en fonction du nombre de noms de jouets qu’il peut décoder. De plus, leur intelligence ne se mesure pas qu’en termes de mots acquis. Elle s’exprime aussi par leur intelligence sensorielle (leur flair notamment, bien plus performant que notre odorat), leur plasticité sociale, ou encore leur capacité à ressentir nos émotions.

La capacité exceptionnelle qu’ont les chiens à apprendre des mots pourrait toutefois un jour aider à résoudre certains des mystères de l’apprentissage et de l’intellect chez les humains. Le co-auteur de l’étude, Adam Miklósi, du département d’éthologie de l’université Eötvös Loránd de Budapest, en Hongrie, a déclaré : “Nous sommes intrigués par cette variation interindividuelle extrême d’un trait cognitif (la capacité à apprendre des étiquettes d’objets), et nous pensons que ce n’est que le début d’un voyage qui nous conduira à mieux comprendre les racines du talent – c’est-à-dire pourquoi certains individus, humains ou d’autres espèces, sont doués dans un domaine donné. »

Convaincue que « pour protéger, il faut comprendre », Agir pour la Vie Animale et son Président, le Dr vétérinaire Thierry Bedossa, seront les co-organisateurs du prochain Canine Science Forum à Paris en 2023. Ce congrès scientifique consacré à la connaissance du chien a été initié en 2008 à Budapest par Adam Miklosi, et depuis, nous avons assisté à chaque édition. C’est également à cette occasion que nous avions rencontré Florence Gaunet, chercheur au Laboratoire de psychologie cognitive au CNRS, avec qui nous collaborons depuis sur de nombreux travaux en éthologie.

Source : https://healthypets.mercola.com/sites/healthypets/archive/2021/09/22/how-many-words-can-a-dog-learn.aspx