Aujourd’hui, 26 août, c’est la Journée internationale du Chien ! Alors nous tenions à souhaiter une très belle journée à tous vos toutous !

Mais au refuge AVA, la Journée du Chien, c’est 365 jours par an. Au quotidien, nous prenons soin de chacun de notre centaine de chiens. Et non : pas de tête de chien battu à AVA ! Notre priorité : leur bien-être. Nous faisons donc tout pour répondre aux besoins de tous nos petits protégés et rendre leur hébergement le plus agréable possible. Nous profitons de cette journée pour vous expliquer comment nous prenons soin des chiens que nous recueillons.

Labrador heureux dans sa piscine

Nous avons sauvé des milliers de vies

En près de 20 ans, nous avons recueilli à AVA des chiens qui étaient condamnés en raison de leur âge, de leur handicap ou de leur comportement. Nous avons ainsi sauvé des milliers de vies en offrant à ces chiens une alternative à l’euthanasie et un lieu de vie unique où ils seraient libres d’exprimer leurs comportements naturels.

La plupart des chiens que nous accueillons demeurent à AVA jusqu’à la fin de leur vie lorsqu’ils ne peuvent être adoptés. Il est donc essentiel qu’ils se sentent chez nous comme ils se sentiraient chez eux, car pour eux, nous ne sommes pas un lieu de transition, mais un véritable sanctuaire.

Parc pour chiens

Notre différence

A AVA, contrairement à la plupart des refuges, il n’y a pas de cage. Les chiens vivent dans de grands parcs verdoyants où ils disposent d’un abri (niche ou chalet isolé). Pour leur confort et leur bien-être, ils bénéficient également d’enrichissements quotidiens : jouets, cartons surprises remplis de friandises, piscines… Lorsqu’ils sont sociables, les chiens vivent en duo ou en meute. Ils sont tous sortis régulièrement dans nos pâtures ou dans notre parc d’agility, parfois même en totale liberté.

Les chiens les plus vulnérables font l’objet d’une attention permanente : ils vivent ensemble au sein de notre « maison » (le bâtiment principal du refuge qui abrite entre autres nos bureaux), ce qui nous permet de les surveiller nuit et jour.

Complicité à AVA

Pour protéger, il faut comprendre

A AVA, nous ne voulons pas changer les animaux à tout prix. Nous les acceptons tels qu’ils sont, avec leur parcours et leurs cicatrices. Nous sommes convaincus que « pour protéger, il faut comprendre » : c’est la raison pour laquelle nous accueillons régulièrement des éthologues(scientifiques qui étudient le comportement animal) dont nous finançons les travaux de recherche, ainsi que des stagiaires éducateurs canins lors de la formation annuelle  » Rééducation de chiens de refuge » dispensée par notre partenaire Animal University. C‘est en comprenant mieux les animaux et en diffusant notre savoir et nos savoir-faire que nous pourrons tous ensemble faire évoluer la condition animale !

Grâce au travail de notre équipe bienveillante, nous arrivons bien souvent à les réconcilier avec l’être humain, tout en douceur. Et lorsque leur colère s’apaise et qu’ils nous accordent leur confiance, c’est pour nous la plus belle récompense !

Titouf a fait partie du programme de pet-therapy

Il arrive même que de petits miracles se produisent, et que des chiens aident à leur tour des humains en difficulté : c’est ce dont nous avons été témoins cette année, lors du programme de Pet Therapy mené à AVA, en partenariat avec l’Institut de Victimologie de Paris et la Fondation Affinity : ce programme a permis de faire bénéficier des patients souffrant de stress post-traumatique des bienfaits des chiens. Les résultats obtenus à l’issue de cette expérience ont dépassé toutes les attentes des thérapeutes de l’Institut et des soigneurs d’AVA. L’attitude de nos chiens nous a sincèrement bouleversés pendant les séances…

Mais pour aller plus loin…

Néanmoins, aujourd’hui, nous sommes faces à des difficultés financières qui freinent nos actions. Depuis la perte des contrats aidés décidée par Emmanuel Macron, nous ne disposons plus des ressources nécessaires pour engager un éducateur canin. L’absence de professionnel capable de travailler au quotidien nos chiens comme il le faudrait ne nous permet plus d’accueillir de nouveaux animaux dits « dangereux ».

Pourtant, les demandes affluent et le nombre de vie à sauver ne cesse de croître. Pour leur éviter la mort et leur offrir une seconde chance, nous avons besoin de votre soutien.

JE FAIS UN DON