Prise en charge d’urgence pour une Yorkshire de 10 mois 

Roxanne est une jeune femelle Yorkshire terrier de 10 mois qui nous a été confiée après avoir consulté notre Président, le Dr vétérinaire Thierry Bedossa et Sarah Jeannin (éthologue et psychologue clinicienne), en médecine du comportement à sa clinique vétérinaire.

Roxanne a été vendue par un éleveur professionnel à une dame qui a toujours eu des Yorkshires dans sa vie. Depuis le décès de son dernier chien, cette dame souhaitait en reprendre un. Son critère : un petit Yorkshire « de compagnie ». Malheureusement, l’éleveur n’a vraisemblablement pas tenu compte de sa demande et lui a vendu un chiot « de chasse ».

En effet, on a tendance à l’oublier du fait de sa petite taille et de son adorable bouille, mais le Yorkshire est un terrier, et donc, un chien qui a été sélectionné pour ses aptitudes à la chasse aux rats et aux lapins. A l’origine, il n’est pas du tout fait pour être un « chien de compagnie ». Seule la sélection artificielle a permis, au fil de temps, de rendre certains individus de cette race plus apte que d’autres à une vie de chiens de canapé. Ce n’est toutefois pas le cas de tous, et la petite Roxanne en sait quelque chose…

Hyperactive, la jeune chienne ne demande qu’à être dehors, à courir « comme un Lévrier », à chasser…. Lorsqu’elle est à la maison, elle ne tient pas en place, ne cesse de courir partout et d’occasionner des dégâts (destruction, malpropreté…), nous explique sa propriétaire. La situation est devenue invivable pour toutes les deux : Roxanne est frustrée en permanence et ne peut exprimer ses comportements « naturels ». Sa maîtresse, d’un certain âge, est quant à elle usée par cette chienne beaucoup trop dynamique pour elle.

Le Dr Bedossa et Sarah Jeannin, après avoir observé Roxanne en consultation, lui ont donc proposé des solutions concrètes pour améliorer leur quotidien, mais celles-ci s’avèrent incompatibles avec son mode de vie. Consciente de ne pas pouvoir répondre à ses besoins et lui offrir la qualité de vie et l’emploi du temps qu’il lui faudrait, la dame a donc décidé de la confier à l’association AVA.

Roxanne yorkshire

Peut-on vraiment parler d’« abandon » ?

Là où d’autres associations et protecteurs des animaux condamneraient fermement cet « abandon », nous voulons au contraire parler de « choix responsable ». Lorsqu’un propriétaire et son animal se trouvent dans une impasse, il ne nous semble ni éthique ni raisonnable que l’un et l’autre s’imposent un quotidien devenu invivable. Cohabiter dans le stress, la tension, et sans doute la tristesse, pendant des années, n’est pas la solution. Cela peut même donner lieu à une forme de maltraitance.

Au contraire, faire le choix de placer Roxanne dans un environnement conforme à ses besoins, lui donner une chance d’être réadoptée et donc de trouver un cadre de vie qui lui sera plus favorable, est un acte d’amour.

« C’est un déchirement, car je m’y suis attachée », nous a confié la propriétaire, en larmes. De notre expérience, « l’abandon » n’est jamais une partie de plaisir, mais une issue à un problème. C’est pourquoi nous ne condamnons jamais les personnes qui placent un animal chez nous.

Le manque de connaissance conduit à l’abandon

En revanche, ce que nous condamnons, c’est le manque de connaissances ainsi que la marchandisation des animaux. Cette histoire, vécue comme un échec et comme un drame pour la dame, ne serait pas arrivée si l’éleveur avait été consciencieux et à l’écoute de son acheteuse, qui lui avait pourtant fait part de son mode de vie et de son désir d’avoir un petit chien de compagnie. « Je n’ai jamais eu de problème avec aucun de mes autres Yorkshires, et ils venaient de chez des particuliers », témoigne-t-elle. Comme quoi, les chiens les plus équilibrés ne sont pas forcément ceux issus d’un élevage, loin de là, contrairement à une idée reçue…

« Le meilleur endroit où choisir d’acheter ou d’adopter son chien est un endroit dont l’environnement est le plus proche possible de celui dans lequel il va vivre », rappelle le Dr Bedossa, qui, chaque jour, reçoit en consultation des chiots et jeunes chiens qui peinent à s’habituer à leur vie citadine parce qu’ils n’y ont pas été familiarisés dans leur élevage (généralement à la campagne).

D’autre part, bien que les races permettent de donner des indications sur les traits de caractère de l’animal, il ne faut jamais oublier que chaque individu est différent. Ce sont tous des personnes, et chaque personne est différente. Au sein d’une même portée, tous les chiots n’ont pas le même caractère ni les mêmes aptitudes, y compris s’ils ont été élevés et éduqués de la même façon. L’inné et l’acquis font d’un chiot le chien qu’il deviendra plus tard. En l’occurrence, même si tous les Yorkshires de cette dame ont été de parfaits « chiens de compagnie », Roxanne, elle, n’est pas faite pour cela, et notre devoir, en tant qu’êtres humains, est de respecter cela et de lui apporter les conditions nécessaires à son bien-être. C’est ce que nous nous sommes engagés à faire pour offrir un nouveau départ à cette petite chienne.

Pour nous y aider, soutenez-nous en faisant un don ! 

JE FAIS UN DON