Suppression de l’équitation au pentathlon des Jeux Olympiques : victoire pour l’association Agir pour la Vie Animale

L’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM) a annoncé jeudi 4 novembre le lancement d’une consultation afin de remplacer l’équitation par une autre discipline après les Jeux Olympiques 2024 qui se tiendront à Paris. Cette position fait suite à la polémique des Jeux Olympiques de Tokyo marquée par l’image dramatique de l’athlète Annika Shleu en larmes, incapable de faire avancer son cheval Saint-Boy. Cette décision ne suffit pas à l’association AVA – Agir pour la Vie Animale qui souhaite voir supprimée cette épreuve d’équitation dès les prochains Jeux Olympiques. 

C’est une victoire pour l’association AVA – Agir pour la Vie Animale : plus de 26 000 personnes ont signé sa pétition “Paris 2024 Olympic Games: No more Equestrianism at the Olympics! (Paris 2024 : Pour des Jeux Olympiques sans chevaux !). Elle a donc contribué à faire bouger les choses à l’échelle mondiale, puisque, jeudi 4 novembre, l’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM) a annoncé le lancement d’une consultation en vue du remplacement de l’équitation par une autre discipline sportive après les Jeux Olympiques 2024 de Paris. 

Malheureusement, cela n’est pas suffisant à l’association Agir pour la Vie Animale, engagée pour la défense des animaux, qui réclame son application dès les Jeux Olympiques 2024. Pourquoi attendre davantage si ce n’est encore sacrifier des chevaux à la prochaine édition ? Aucun cheval ne doit subir les souffrances engendrées par cette épreuve d’équitation insensée. C’est pourquoi, AVA lance une nouvelle pétition à destination de l’Union Internationale de Pentathlon Moderne (UIPM), le Comité Olympique, la maire de Paris Anne Hidalgo ainsi que tous les candidats à l’élection présidentielle. L’objectif : toucher les décisionnaires pour mettre en action la décision de remplacement de l’équitation par une autre discipline sportive dès maintenant afin d’épargner d’autres chevaux lors des prochains Jeux Olympiques. 

“Supprimer l’équitation de l’épreuve du pentathlon moderne est une beau progrès, bien que nous soyons davantage favorable à l’interdiction de tous les sports impliquant des chevaux aux J.O. », déclare Elisa Gorins, responsable de la communication d’Agir pour la Vie Animale. Ce qui est en revanche inadmissible est de repousser cette avancée aux J.O. 2028 : pourquoi attendre si longtemps et ne pas l’appliquer d’ores et déjà à Paris en 2024 ? Pour protéger des intérêts personnels, touristiques et économiques ? Mais quelle gloire, quel mérite y a-t-il à occasionner de la souffrance animale ?” 

L’épreuve du pentathlon moderne génère un stress non négligeable aussi bien chez le cheval que chez l’athlète qui le monte. Ces derniers ne connaissent pas le cheval puisque l’épreuve repose sur un tirage au sort réalisé seulement vingt minutes avant le début de la compétition. Les images de l’athlète allemande Annika Shleu lors de l’épreuve du pentathlon aux J.O. de Tokyo ont fait le tour du monde et ont permis à beaucoup d’ouvrir les yeux sur la réalité de cette discipline.